j'avance

J’avance. Je ne peux pas reculer. Il n’y a que l’avant, jamais d’arrière. Impossible de me retourner. Le concept même de retour ou de passé est inaccessible. Ceux d’ici l’ignorent. Comment pourraient-ils concevoir l’inconcevable.

Peut-on seulement parler de temps dans cet espace absolument linéaire où l’on est insondablement poussé en avant ?

L’arrêt et le mouvement sont les deux positions.
L’ici et l’ailleurs.
Les lignes avancent parallèles sans jamais se toucher.
Parfois une mutation, une rupture, un saut, une fissure, un effondrement, une aspiration. Pour se retrouver à côté, ni au-dessus ni en dessous, mais toujours plus loin.

Le cheminement se fait côte-à-côte sans se heurter, puis l’on se perd.

Seul le point de fuite, devant. Pas de tectonique. Pas d’axonométrie.
Des simultanéités qui s’ignorent.

Lieu de l’oubli et de l’ignorance. De la solitude et de l’espoir : « plus loin peut-être, je me souviendrai. »

Lieu de promesse : « plus loin peut-être, je serai ici et alors naîtra brièvement l’idée du passé. »


Type de document : journaux de bord

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

.

La Rivière Sérendipité et ses abords

La Rivière Sérendipité n’est ni le hasard ni la chance ni le destin. Pourtant elle ordonne le hasard et la chance dans le sens du destin. Quiconque s’y baigne accepte de s’en remettre à une puissance supérieure pour avancer sur son chemin, scrute les signes et fait confiance à ce qui lui est donné.

Les DJ's pensent que l’eau de la rivière Sérendipité peut leur rendre ce que l’eau du Fleuve Léthé leur a ôté. Ils ont donc pour coutume de commencer tous leurs grands voyages ou leurs grandes missions à la rivière Sérendipité. Ils s’y rendent aussi quand ils éprouvent un doute quant à leurs souvenirs.

Les explorateurs et corsaires vont y chercher la chance et l’intuition.

Les lusores vont à la rivière en quête d’inspiration pour leur œuvre.

Tous ceux qui cherchent le chemin du Marché ou de La Toscana passent par la rivière Sérendipité.

Loula y cherche P’tit Gars, P’tit Gars y appelle Loula, le Capitaine L vient régulièrement vérifier que son esprit n’a pas été manipulé, Sgarideni veut y trouver des indices qui le guideront vers le Capitaine etc.

Il est possible que Il Dottore Pi ait connecté le réseau qui irrigue son domaine à la Rivière Sérendipité, ce qui expliquerait la protection particulière dont bénéficie La Toscana.

Modes lecture
Glossaire
Historique
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.