l'hypertexte est créé

Hypothèse n° 1

L’hypertexte est créé par le lien : à l’origine électronique, il se dissémine dans l’espace réel : il devient vecteur de transmission : il envahit le papier et la ville : le concept de "citéLivre" est une colonisation du réel par les mécanismes du numérique [remix d’une série culte] [les envahisseurs viennent du numer-espace] -> moi, le scripte, je suis une vendue.

Hypothèse n° 2

L’hypertexte est créé par le lien : à l’origine électronique, il est détourné par l’espace réel : il restitue au papier et à la ville sa puissance topographique : il sauve l’espace menacé par le temps à l’ère des NTIC : il devient arme de résistance au tout numérique / binaire [remix d’une série culte] [Star Trek lutte contre les Cyborgs] -> moi, le scripte, je suis une héroïne de la résistance.

Mais
Hypothèse n°3

Le Topos n'est pas un hypertexte et je n'ai pas besoin de me poser toutes ces questions.


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

Le Xenopan Intellect

Dans l’univers du Récit des 3 Espaces, Le Xenopan Intellect est un concept élaboré par Mathurin Gaulthier (Pau, 1717- ?), philosophe visionnaire français (fictif), inspirateur du mouvement Xenopan Intellect Universel et de ses fondateurs.

L’expression désigne l’intelligence universelle atemporelle, la réserve de tous les savoirs passés, présents et futurs, l’esprit commun à toutes les entités pensantes, le principe de la connaissance, de l’intelligence et de la cognition.

L’adjectif xenopan a été créé par Mathurin Gaulthier en 1767 dans son traité humaniste "Xenopanie" à partir des composés grecs pan, "tou", et xeno "hôte" pris dans le sens d’ "étranger".

Xenopan désigne ce qui allie les perspectives et savoirs de toutes les cultures sans hiérarchie de valeur. Il se distingue de la notion d’ "international", qui concerne les relations entre les nations, et renvoie à la "cohabitation des particularismes culturels et cognitifs".

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.