art brut

Art brut (pub) – rue Quincampoix – pas pour la déco – pour la prune roumaine – pour l’esprit de famille et pour les toilettes !

On entre, on cherche le verrou : rien. On se tourne dans tous les sens, on ne pige pas comment fermer. On s’apprête tout de même, résignée : faudra jouer du pied pour tenir la porte tout en évitant de s'asseoir sur le siège. Exercice périlleux d'équilibre que Titof n'avait pas prévu dans son sketch. On peste contre les mecs qui peuvent rester debout sans se soucier de sécuriser l'entrée.

C’est alors qu’on voit, là, juste devant soi, sur le mur, une barre de fer et soudain on comprend !

Il faut lever la barre et la hisser jusqu’à la porte pour la bloquer, astuce très "cachot médiéval", ne manque que l’oculus ;

Finalement, pour les hommes, contrairement à ce qu'on imaginait, c’est plus compliqué car, comme me l’a fait remarquer un gentleman croisé juste devant les lavabos : "j'ai pas pensé regarder dans mon dos".


Type de document : streetchroniques

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : Noyau liminaire

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

sortants

> changer les liens

demain viendra

Tes baisers ont exploré l'orée de mon territoire, avec réelle présence. Aucune hésitation ni précipitation.

"Demain viendra", disaient-ils. "Vivons aujourd'hui pour son présent, pour sa conquête surprise et sereine."

"Demain viendra", me disais-tu, en penchant ta tête contre la mienne, en cherchant mes mains, mouvement commencé il y a longtemps déjà.

Dis-moi, ce désir, cette affection, cette appétence, cette joie, nous appartient-elle, à toi, à moi, ou bien s'est-elle accumulée au fil des ans comme un capital attendant échéance ?

Sommes-nous la cause de cette rencontre ou son hasard ?

Serons-nous à la hauteur de tout ce potentiel que nous portons ?


Type de document : carnets personnels

Auteur fictif : Capitaine L

Auteur réel : Carole Lipsyc

Provenance du texte : CL

Commentaires : aucun

Textes satellites : aucun

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.